Société Canadienne du Sang

Protégeons le système public de collecte et de distribution du sang en proscrivant la collecte de plasma à but lucratif

Toronto – Le gouvernement fédéral menace la santé des receveurs de sang au Canada en négligeant de proposer des mesures législatives qui proscriraient l’établissement de cliniques de collecte de plasma privées, déclarait aujourd’hui le Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario (SEFPO).

Le syndicat intervient suite aux nouvelles, aujourd’hui, que la Société canadienne du sang (SCS) avait informé Santé Canada il y a sept mois que son sondage révélait que sept jeunes Canadiens sur 10 âgés entre 18 et 34 ans choisiraient d’être payés pour donner du plasma. En dépit de l’avertissement de la SCS comme quoi les cliniques qui rémunèrent les dons de plasma pourraient attirer les donneurs qui normalement donnent au système public, Ottawa est allé de l'avant et a autorisé l’ouverture d’une clinique privée à Moncton (Nouveau-Brunswick), en mai dernier.

« Ces chiffres sont très inquiétants », a déclaré Warren (Smokey) Thomas, président du SEFPO. « Ils suggèrent qu'à moins que le gouvernement fédéral prenne des mesures maintenant pour fermer ces cliniques privées et interdire l’ouverture d’autres cliniques de ce genre, nous risquons de perdre les donneurs qui représentent l’épine dorsale de notre système de collecte et de distribution du sang national public. »

« Je demande également à la première ministre Kathleen Wynne et au ministre de la Santé et des Soins de longue durée Eric Hoskins de défendre notre système de collecte public auprès de leurs homologues du fédéral en refusant d’accorder une licence à d’autres cliniques privées. »

Le SEFPO représente plus de 2 000 travailleurs à la SCS. Sean Allen, président du secteur syndical de la SCS, a déclaré que la réticence du fédéral à interdire les cliniques de collecte de plasma à but lucratif contribue à la privatisation rampante qui finira immanquablement par affaiblir le système de collecte et de distribution du sang national canadien.

« Il suffit de regarder ce qui arrive aux États-Unis et en Hongrie, où le paiement des dons de plasma est chose courante, les donneurs finissent par ne plus donner au système public », a déclaré Sean Allen. « Nous ne devons pas permettre que la même chose arrive dans notre pays. »

Monsieur Thomas a fait remarquer que 2017 marque le 20e anniversaire du rapport final contenant les recommandations de la Commission d’enquête Krever au sujet du sang contaminé.  La conclusion principale de ce rapport était que le Canada devait maintenir un système de collecte et de distribution du sang entièrement public.

« Ne négligeons pas la mémoire des 1 200 Canadiens qui ont inutilement perdu la vie après avoir reçu des produits sanguins contaminés en remettant une partie de ce système entre les mains de profiteurs », a-t-il encore dit.

Pour plus d’information : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931
Sean Allen, 613-795-2415